jeu. Mai 26th, 2022

La Tranche (plus tard La Tranche-sur-Mer, depuis 1938) tire son nom d’un phénomène naturel : l’intrusion de l’eau de mer a provoqué la scission de la côte, et une tranchée a fini par prendre le nom de La Tranche.

Geographie de la tranche sur mer

Le paysage est constitué d’une forêt domaniale à l’ouest (forêt plantée au XIXème siècle), d’un marécage au nord et à l’est (partie du Marais Poitevin), et d’un sol ancien recouvert de sable. Face à La Tranche, s’étend l’Ile de Ré, représentant la protection naturelle du littoral. On en est à 12 à 15 km par la mer, et par beau temps on a une belle vue sur le pont de La Pallice, et à l’autre bout : le phare des Baleiines. Entre nos deux versants, la profondeur est généralement de 5m. A proximité du Phare des Baleines s’étend la Fosse de Chevarache, bien connue des pêcheurs professionnels et des plaisanciers. Il y a en fait 2 fosses, une de 62 m de profondeur et l’autre de 24 m de profondeur. C’est aussi Idéal pour un camping la tranche sur mer.

Histoire du gouvernement de la ville

Être créée, certains farceurs affirment même que les premiers habitants sont des descendants de criminels évadés de la prison de Saint-Martin-de-Ré. En 1974 nous avons eu la chance de tomber sur, à la pointe du Grouin-du-Cou, c’est-à-dire à l’entrée de Pertuis, face au phare des Baleiines, sous le sable de la plage, dans une fouille temporaire du bord de mer souterrain , avec vestiges préhistoriques (poterie, silex, charbon de bois) , ossements). Les préhistoriens sont très intéressés par nos découvertes qui témoignent de l’implantation humaine du début du Néolithique, entre La Loire et la Gironde à la fin du VIe siècle av. Ainsi, les premiers habitants étaient des colons venus d’Asie Mineure et des Balkans. Faire le tour de la péninsule ibérique, faire le tour de la côte méditerranéenne pour arriver ici, tandis que d’autres arrivent après avoir mis le pied dans le sud.

Les vestiges des premiers siècles de notre ère, puis du Moyen Âge, sont susceptibles de reposer sous nos pieds, sur le sable. A La Tranche, on considère les Rétais (habitants de l’Ile de Ré) comme des cousins ​​car la relation est ancienne. La personne la plus distinguée qui traversa la mer à La Tranch était une noble dame : Amable du Bois. En 1226, elle épousa Savary de Mauléon dans notre paroisse (Savary de Mauléon, rappelons-le, seigneur de Châtelaillon de l’île de Ré, Angoulins, Benon, Mauléon, Fontenay, Marans, île de Tallemont…) Tous les historiens étaient en désaccord pour placer le mariage dans La Tranch et certaines âmes en deuil ont remis en question l’authenticité de la charte à l’époque. Nous ne nous mêlerons pas de leurs querelles inutiles. Disons que nous remercions ce puissant Seigneur qui a fait entrer le nom de notre commune dans l’histoire.

La vie économique

Concernant la vie économique, on peut dire que les habitants de La Tranch ont été aidés par la “providence” du 17ème siècle à nos jours : par exemple, Nicolas Herpin, le notaire arrivé au 18ème siècle, a établi les marais salants dans notre pays . La production de sel a été abandonnée en raison de la concurrence et des travaux du siècle suivant pour assécher le marais. Pourtant, rien n’a été perdu, car les Tranchais avaient d’excellents sols pour cultiver l’ail, les échalotes, les haricots et plus tard les pommes de terre… Ils ont exporté beaucoup de ces légumes aux 18e, 19e et 20e siècles. Mais accomplir ce miracle demande du courage, car comme on dit, tout travail du sol se fait à la pelle, à la puissance du poignet. Nous utilisons toujours cette pelle fragile. Vers 1830, les premiers baigneurs arrivent. Cette mode tombait à point ; elle allait ouvrir de nouvelles perspective, donner de nouvelles cordes aux arc des autochtones.

Période de floraison tranchée

À peine arrivé, il procède sans coup férir aux premiers prélèvements. Le résultat des analyses le comble d’aise: ce qu’il découvre, c’est un sol merveilleusement idoine; non seulement sablonneux et calcaire selon les normes requises pour l’épanouissement des bulbes, mais aussi irrigué par infiltration en provenance des marais voisins, qui maintiennent très régulièrement le niveau d’eau idéal : à 70 centimètres, bien comptés, de la surface.

Enfin un lieu de charme : dans cette coupe vendéenne, bien nommée « LA TRANCHE » pour son profil de promontoire, oui, voilà bien une parcelle favorable qui promet un charme floral ! Cette même nuit, son camarade aux Pays-Bas reçoit un télégramme, bref et prometteur : « Eurêka » signé Matisse. Mais pour l’instant, le cadre humain est bien moins inclusif, et les deux pionniers nordiques auront besoin d’une patience courageuse pour surmonter tous les malentendus. Deux de nos étrangers ont loué une maison ordinaire avec cour de dix mètres de côté. Les critiques affluent dans tout le quartier de La Tranche. Les gens ont commencé à parler de l’attrait des glaïeuls et des jonquilles, puis des jacinthes, des crocus et des amaryllis. En 1955, la “Coopérative de Fleur d’Oignons Côte de Lumière” voit enfin le jour avec huit membres fondateurs.

By Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.